actefpetit

Depuis octobre 2014, quasi impossible de ne pas avoir vu sur le net ces quelques lettres :

ETF

Mais quesako ?

Le nombre élevé de participants aux secondes Rencontres de l'Equitation de Tradition Française a permis de confirmer l'intérêt des milieux équestres pour ces pratiques fondées sur l'harmonie de la relation au cheval ; en même temps, la popularité croissante des procédés d'exécution construits à partir de la douceur a su gagner du terrain sur les habitudes dépassées de coercition. Cela est bien.

Je viens de lire, sur Cheval Culture, une publication de Laurence Bougault intitulée "Notes de bon sens sur un concept à la mode : équitation de tradition française".

L’auteur rappelle avec raison que l’expression "équitation de tradition française" avait, hormis l’ouvrage de Dom Diogo de Bragance, peu cours avant que l’Unesco ne s’en empare, à partir du dossier initié par le socio-historien Jean Lagoutte et l’écuyer Patrice Franchet d’Espèrey, lesquels ont, de concert, le mérite d’avoir fait prospérer leurs convictions dans l’esprit du Comité Intergouvernemental chargé de décider de l’admission de nos savoir-faire et principes équestres spécifiquement français sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’Humanité.

L'expression « équitation de tradition française » est en train de devenir une tarte à la crème d'un certain nombre de pratiquants, plus ou moins enseignants, alors qu'elle était tout à fait inemployée avant que Patrice Franchet d'Espèrey ne présente à l'UNESCO un dossier pour faire inscrire cette « équitation de tradition française » au patrimoine immatériel de l'humanité. Avant, on parlait moins pompeusement d'école française.

Un récent colloque donné en grande pompe comme une soirée mondaine à l'IFCE, est venu adouber l'expression en lui donnant les lettres de noblesse de quelques stars.

Ce faisant, j'observe à travers ces différentes manifestations de l'expression, à la fois des divergences assez notoires sur ce qu'on entend par « équitation de tradition française » et l'oubli étonnant de ce qui est spécifique : « française » et pas « espagnole », « allemande », « arabe », etc...

A propos de cet Espace d'échanges

Nombreux sont celles et ceux qui nous requièrent d'ouvrir un espace qui accueillerait les écrits des uns et des autres lorsque ces publications traitent de près ou de loin de l'équitation de tradition française. Nous déférons volontiers à ces demandes. L'esprit de cette page est celui d'un échange d'idées et non d'une confrontation polémique. Pour éviter tous excès de langage ou autres dérives, nous modérons les publications qui nous sont envoyées. Il ne s'agit pas de les censurer, mais de veiller à leur conformité à l'intérêt général de notre Communauté. Cette tâche incombe à un comité de lecture et de rédaction. Nous remercions tous les auteurs de comprendre le sens de ce principe de précaution élémentaire.